LA VIE EN ROSE, PARFOIS, CA FAIT DU BIEN

J’aime les gens enthousiastes et pourquoi pas fantasques,

J’aime les gens ordinaires qui parfois tombent les masques.

J’aime les gens engagés qui ne craignent pas les bourrasques,

J’aime les gens déterminés et pourquoi pas obstinés,

J’aime les gens simples qui parfois font des pieds de nez,

Aux « je sais tout », aux idées reçues, aux lettrés et autres blasés.

Je suis tombé sur une petite annonce dans les pages Villages d’un quotidien régional. Quelques lignes coincées entre cours de trompette, reprise du foot et sortie au Cabaret Le Moulin des Roches. En résumé, la vie pas si meurtrie, pas si anéantie de nos villages.

Le texte ne fait que quelques lignes que les intellos parigots ne liront jamais. Il a pourtant son importance, la naissance d’un club de majorettes à Saint Sernin sur Rance. Sur la route d’Albi, pas si loin des Monts de Lacaune, ce village se cache dans l’ombre d’un fond de vallée qui fut en des temps anciens refuge de l’enfant sauvage et qui, il n’y a pas si longtemps c’est cru la Silicon Valley de l’Aveyron. De Synelec, il ne reste qu’un paquebot fantôme, carcasse vitrée pour illusions perdues et discours en fumée.

Aujourd’hui, j’ai croisé des gens simples, ordinaires, enthousiastes et déterminés. S’autorisant du pouvoir dans un carré de liberté avec anxiété et fébrilité. Des mamans dévouées qui savent encore manier le dé à coudre, le fil et l’aiguille, qui savent encore faire marcher à la baguette, le menton placé, en képi ou calot, ces gaminettes en bottes et jupes plissées, pailletées en princesses d’un jour.

A Saint Sernin sur Rance, les mamans disent « Ce club, quelle aventure !!! C’est la rencontre entre des gens extraordinaires. La vie, c’est exactement çà….on croise le chemin de personnes formidables ».

Dans ce défilé au pas cadencé, j’ai repensé à mes oncles, mes tantes, mes voisins. Car je suis de ce monde là, les cavalcades, les rosières, les chars à fleurs, les confettis, les majorettes pimpantes, le clairon qui sonne faux et la grosse caisse qui fait hurler les bébés.

Les mamans de Saint Sernin sur Rance ont choisi une couleur, le rose pour habiller ces Cendrillons en jupons de satin.

La vie en rose, c’est simple mais parfois ça fait du bien.

PORT FOLIO

Texte et photographies réalisés à Saint-Affrique – Aveyron le 22 avril 2019 lors du Championnat de France de Majorettes

Articles associés