MILLAU, UN JOUR ORDINAIRE,

UN JOUR ESSENTIEL

Ce matin, je me suis levé avec une envie…essentielle.

J’ai ouvert le petit volet, dans le ciel, des nuages gonflés à bloc, j’étais gonflé à bloc, c’était….l’essentiel.

J’ai pris une pomme, j’ai pris les clefs, j’ai pris ma caisse, j’ai filé droit….à l’essentiel.

Direction St-Aff, son marché, ses camelots qui ont le bourdon, ses maraîchers en trait d’union et ce joueur d’accordéon se dandinant sur ces talons, l’essentiel était bien là.

J’ai croisé des gens, dans…l’essentiel, à parloter, à papoter, à cancaner, à discutailler, à ferrailler le bout de gras, à s’agiter du bec et des dix doigts.

J’ai croisé un député, un maire, une adjointe «samedimanchés», sans doute pour une réunion jugée….essentielle.

J’ai baguenaudé ainsi d’un pont à l’autre. En contre bas, la Sorgue assagie, des pêcheurs en treillis, un jour d’ouverture, c’est toujours…essentiel.

Midi, les cloches ont sonné, j’ai pas traîné. C’était l’heure de l’apéro et des farçous bien chauds, c’est un rituel, les petits plaisirs ne sont-ils pas…essentiels !

Juste un verre, «on va s’en jeter encore un p’tit» comme disait l’oncle Henry. Un verre de Quincy, c’est charnel, vous n’êtes pas obligés de me croire, c’est…essentiel.

Direction la Capelle, pour….l’essentiel, enfin pas pour tout le monde !!! Déjà des tambours, des cymbales, des tubas, des saxos et même un piano et puis des déguisés, des chapeautés, des masqués et des pas masqués.

On s’est ébroué, on a marché, le pavé n’était ni chaud, ni froid…on a rigolé, on s’est régalé. On ne s’est pas embrassé mais le cœur y était. On ne s’est pas pris bras dessus dessous, on a fait la moue, mais on était là et c’était bien…essentiel.

Certains ont pensé fort à Simone. Ils ont dit…une petite phrase toute simple…essentielle «elle aurait aimé».

J’ai croisé des cultureux, des cinéphiles, des musicos, des poètes, des régisseurs, des théâtreux, des malheureux….l’essentiel de la culture à quai, méprisée, tous guichets fermés. J’ai levé le nez, dans le ciel, une jeune femme en vol, sans antivol, sans camisole. Corps suspendu, temps suspendu. Un jour ordinaire, un jour…essentiel.

Millau, le 13 mars 2021, dans le cadre d’une manifestation populaire organiser pour la réouverture des lieux de culturels

Articles associés