LE TEMPS DES PROJETS ET DES BLEUETS FANES

Ce 4 juin 2020 se tenait dans la salle des fêtes de Millau, distanciation oblige, le dernier conseil municipal du mandat Christophe Saint-Pierre. Reportage photographique d’une soirée peu combative à moins de trois semaines du second tour des Municipales 2020. 

La fin d’un long bail, 6 ans sur le pont, sur le front. 6 ans pour imposer un programme avec ces petits mélodrames, avec sans doute des états d’âmes, qui n’en n’aurait pas, pour séduire, convaincre sans craindre les passe d’armes.

Un Maire en prolongation, une troisième mi-temps inattendue, seulement trois mois d’une intensité absolue, l’imprévu à maîtriser, à contrôler,  le temps des comptes rendus, fin d’un mandat au charbon sans tison, rassurer, agir, rassurer, agir, sans verser dans la démagogie, pragmatisme et  réalisme.

Sous cette voûte d’une salle des fêtes qui a vu tant de Millavois, Millavoises, chanter, danser, manger, courir même et assouvir un profond désir de liberté, certains ont tiré les volets, dernier conseil, sans mots dire, fin d’une conditionnelle, avec cette déception profonde de ne pouvoir peser plus. Six ans, c’est long, c’est court lorsque vient le temps des regrets et des bleuets fanés.

Le temps pour les co-listiers en course pour un mandat, assis en fond de salle, au complet pour le Maire sortant, de s’inspirer du «jeu » subtil et prédictible de cette démocratie locale. Exercice de style, le chef posant son estampille, son sceau comme autrefois sur les bas reliefs stylisés en terre sigillée.

Le temps des dernières mesures, des projets comme cette fameuse passerelle, la Maladrerie à grandes enjambées au dessus du Tarn dompté, le temps précipité pour amorcer le virage d’un second tour et d’embrayer sur un second round de six ans, le vœu du sortant, l’opposition sans prise, sans paravent.

Le temps des dernières petites polémiques….Ouf !!!! Il en fallait bien une pour une dernière petite escarmouche avec un Claude Assier pas vraiment la rage aux dents mais qu’en même docilement mordant . Ah, le salaire des élus…le sujet artichaut que l’on effeuille jusqu’au cœur et que finalement,  on trouve toujours dur et amère à avaler.

Le temps de solder les comptes, Monsieur Diaz à la partition, là aussi pour rassurer, pour laisser la maison propre et de lâcher  à cette assemblée sous le choc des chiffres assénés avec une maîtrise absolue, « pardonnez moi l’expression, mais ce n’est pas un bâton merdeux que nous laissons ».

PORT FOLIO

Texte et photographies réalisés le 4 juin 2020 à Millau dans la salle des fêtes lors du dernier conseil municipal du Mandat de Christophe Saint-Pierre

Articles associés